couverture


couverture

couverture [ kuvɛrtyr ] n. f.
• 1155; bas lat. coopertura, de cooperire « couvrir »
I(Concret)
1Ce qui forme la surface extérieure du toit d'un bâtiment. 1. couvert (1o). Couverture de chaume. Couverture en tuiles, en ardoises, en lauses. Couvreur qui pose, répare la couverture. La charpente et la couverture. toiture.
2(XIIe) Pièce de toile, de drap, qu'on dresse ou qu'on étend pour recouvrir. Couverture imperméabilisée sur des marchandises. bâche. Couverture de cheval, dont on recouvre un cheval après une course. Couverture de voyage. 2. plaid.
Spécialt (plus cour.) Couverture de lit, et absolt couverture, qu'on place sur les draps, qu'on borde sous le matelas, et qui recouvre le lit, destinée à tenir chaud quand on dort. ⇒aussi 1. couette. Couverture de laine, de coton. Couverture piquée, matelassée, en patchwork. Il lui faut plusieurs couvertures et un couvre-pied, un édredon. Le lit avec « ses quatre oreillers, ses épaisseurs de couvertures, son édredon » (Zola). Couvertures servant de dessus-de-lit. couvre-lit. Bien au chaud sous les couvertures. Couverture chauffante, munie d'un dispositif électrique chauffant. — Loc. fig. Amener, tirer la couverture à soi : s'approprier le mérite, la meilleure ou la plus grosse part d'une chose.
3Partie qui couvre, enserre les pages d'un livre, d'un cahier. Couverture cartonnée, toilée. cartonnage . Couverture brochée. brochage. Première, quatrième (face) de couverture. Les « “quatrièmes de couverture” (ces pathétiques exhortations à lire qu'on colle au dos des livres) » (Pennac). Couverture d'un magazine, d'une revue. Chef d'État dont la photo est en couverture.
4Enveloppe dont on recouvre un livre ( couvre-livre, jaquette, liseuse), un cahier ( protège-cahier), pour le protéger.
5Géogr. Revêtement superficiel du sol. Couverture alluviale, détritique. Couverture végétale. 1. couvert.
II(Abstrait)
1(XIIe) Vx ou littér. Ce qui sert à cacher, à dissimuler (une réalité critiquable). déguisement, 2. prétexte. Cette activité lui sert de couverture. parapluie, paravent. « L'affectation des sentiments louables n'est pas la seule couverture des mauvais » (Proust).
2Ce qui sert à couvrir, protéger. Troupes de couverture, chargées de défendre une zone. Antibiotiques de couverture (cf. Être sous antibiotiques). Couverture sociale : protection dont bénéficie un assuré social. Couverture maladie universelle (CMU), permettant l'accès gratuit aux soins pour les personnes les plus défavorisées. — Zone de protection. tampon. « Toute une couverture s'était ainsi créée, de républiques forgées par la France » (Madelin).
Milit. Couverture aérienne : ensemble des moyens mis en œuvre pour protéger une zone d'attaque aérienne. Couverture atomique. parapluie. Couverture radar : zone explorée par un radar. Télécomm. Couverture d'un émetteur : zone dans laquelle la réception est assurée.
3(1826) Fin. Garantie visant à assurer le paiement d'une dette. caution, gage, provision. Couverture en Bourse, couverture monétaire. convertibilité.
Fait de couvrir, de compenser un risque. compensation, contrepartie. Couverture du risque de variation des taux (d'intérêt).Taux de couverture : rapport de la valeur des exportations à celle des importations.
4Le fait de couvrir (I, 10o) un événement, pour un journaliste. La couverture de l'actualité, d'un fait divers.

couverture nom féminin (bas latin coopertura) Ouvrage tel que toit, toiture-terrasse, coupole, surmontant un bâtiment afin de la couvrir ; revêtement d'un toit : Couverture de tuiles. Grande pièce de tissu qui sert à recouvrir, à protéger, à tenir chaud, en particulier pièce d'étoffe, de laine placée sur le lit, au-dessus des draps. Feuille de papier ou de matière plastique dont on recouvre un livre, un cahier pour les protéger. Pour un journaliste, un journal, fait de couvrir un événement : Assurer la couverture (de presse) des jeux Olympiques. Personne, action, situation qui sert de protection, de masque, de prétexte, qui cache une réalité en général condamnable : Cette société d'importation n'est qu'une couverture. Proportion dans laquelle un service est assuré : La couverture de besoins en viande porcine est insuffisante. Agriculture Couche de paille, de feuilles sèches, de fumier, de papier goudronné ou bien feuille mince de matière plastique, qu'on étend sur les semis ou au pied des arbres, pour maintenir dans le sol la chaleur ou l'humidité. Boucherie Graisse recouvrant le corps des animaux de boucherie. Bourse Caution représentant un ensemble de valeurs ou de sommes déposées par un donneur d'ordres entre les mains d'un intermédiaire à titre de garantie pour les opérations à terme qu'il conclut. Confiserie Chocolat dont la teneur en beurre de cacao assure la fluidité nécessaire à l'enrobage des articles de chocolaterie. Droit Somme remise en garantie de sa dette éventuelle par le client. Pourcentage de remboursement des frais d'accident ou de maladie. Géologie Ensemble de terrains apte à se séparer d'un substratum au niveau d'une discontinuité d'ordre lithologique et mécanique. Militaire Dispositif de protection d'une zone ou d'une opération. Industrie du papier Papier ou carton destiné à recouvrir un autre papier ou carton avec lequel il fait corps. Pétrole Roche imperméable qui arrête la migration du pétrole ou du gaz naturel vers la surface et sous laquelle ils s'accumulent dans une roche-réservoir pour former un gisement. Presse Partie extérieure d'un magazine où, avec son nom, figurent une illustration et les titres des articles dominants. Reliure Partie extérieure du livre relié, formée de deux plats et d'un dos de carton recouvert de papier, de toile ou de peau. Partie extérieure, en papier ou en carte, du livre broché. Serrurerie Synonyme de foncet. ● couverture (expressions) nom féminin (bas latin coopertura) Couverture chauffante, couverture destinée à chauffer un lit grâce à un circuit électrique, sous gaine isolante, régulé par thermostat. Couverture maladie universelle (CMU), dispositif, entré en vigueur le 1er janvier 2000, destiné à assurer l'accès aux soins des personnes défavorisées en étendant à tous les prestations de la Sécurité sociale. Couverture sociale, ensemble des mesures sociales assurant des garanties et une protection aux assurés sociaux. Couverture de survie, film de polyester métallisé, réfléchissant les radiations infrarouges émises par le corps et constituant une protection efficace contre le froid et la chaleur. Familier. Tirer, amener la couverture à soi, prendre sans vergogne la meilleure part. Engrais de couverture, engrais minéral soluble (nitrates, sulfates) qu'il n'est pas nécessaire d'enfouir par un labour et qu'il suffit de répandre à la surface du sol. Semis de couverture, semis réalisé sur un terrain où est déjà cultivée une autre plante. Couverture végétale, ensemble des végétaux qui recouvrent naturellement un sol. (La couverture végétale est dite ouverte lorsqu'elle laisse par endroits le sol à nu, elle est dite fermée si le sol n'apparaît nulle part ; dans ce dernier cas, le sol est obscur, humide, riche en humus, résiste bien à l'érosion et sa composition chimique n'est que peu influencée par celle de la roche sous-jacente.) Taux de couverture, rapport de la valeur des exportations sur celle des importations relatives au même produit ou ensemble de produits et pour un même pays. Couverture aérienne, action consistant à protéger une troupe ou un territoire des attaques aériennes (avions, engins air-sol). Couverture photographique, ampleur de la zone reconnue par photographie aérienne ; type de photographie réalisée. Terrains de couverture, terrains stériles qui sont au-dessus d'un gisement. Taux de couverture, pourcentage de la population touchée par une combinaison de supports. Couverture morte, synonyme de litière. Plumes de couverture ou couvertures, plumes courtes qui recouvrent la base des ailes et de la queue des oiseaux. ● couverture (synonymes) nom féminin (bas latin coopertura) Grande pièce de tissu qui sert à recouvrir, à protéger...
Synonymes :
- couvrante (populaire)
Feuille de papier ou de matière plastique dont on recouvre...
Synonymes :
- protège-cahier
Bourse. Caution représentant un ensemble de valeurs ou de sommes déposées...
Synonymes :
- déposit
Agriculture. Semis de couverture
Synonymes :
Mines. Terrains de couverture
Synonymes :
Sylviculture. Couverture morte
Synonymes :
- litière
Synonymes :
- Serrurerie. foncet

couverture
n. f.
rI./r Ce qui sert à couvrir, à envelopper, à protéger.
d1./d CONSTR Ouvrage situé à la partie supérieure d'une construction, destiné à la protéger des intempéries. Couverture de tuiles, de zinc.
(Québec) Couverture de bardeaux.
d2./d épaisse pièce d'étoffe, de laine, de coton, de matière synthétique, destinée à protéger du froid, à couvrir un lit. Border les couvertures.
|| Loc. fig., Fam. Tirer la couverture à soi: s'adjuger la meilleure part; chercher à s'attribuer tout le mérite d'une réussite. (V. tirer la couverte de son bord.)
d3./d Ce qui couvre, protège un livre, un cahier. Couverture plastifiée.
rII./r Fig.
d1./d Ce qui sert à dissimuler, à protéger. Commerce qui n'est qu'une couverture pour un trafic illicite.
d2./d FIN, COMM Garantie donnée pour un paiement.
d3./d Couverture sociale: protection garantie à un assuré social.
d4./d Dans le journalisme, fait de couvrir un événement. Assurer la couverture d'un match.

⇒COUVERTURE, subst. fém.
I.— Ce qui, matériellement, sert à couvrir, à recouvrir ou à envelopper quelqu'un ou quelque chose.
A.— Domaine des usages individuels
1. Pièce de tissu en laine ou en coton, de grande taille, dont on se couvre ou éventuellement s'habille pour se protéger contre les intempéries. Couverture d'étoffe, de laine, en velours; jeter une couverture sur son épaule, se vêtir d'une couverture :
1. ... des hommes, des enfants, des femmes, demi-nus ou enveloppés de l'immense couverture de laine blanche qui est leur seul vêtement, étaient accroupis autour d'un feu et se peignaient les cheveux, ...
LAMARTINE, Voyage en Orient, t. 1, 1835, p. 280.
2. Plus spéc. Pièce de tissu, en laine ou en coton, que l'on étend sur les draps pour protéger la chaleur du lit. Border la couverture, ramener la couverture sur qqn, rejeter les couvertures, se cacher sous la couverture, soulever la couverture. Je gèle sous ma couverture (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 189). Bien serrés sous nos couvertures (DORGELÈS, Croix bois, 1919, p. 163) :
2. Cependant, couchés côte à côte sur le même oreiller, les deux enfants dormaient. Claude, qui avait huit ans, ses petites mains rejetées hors de la couverture, respirait d'une haleine lente, tandis qu'Étienne, âgé de quatre ans seulement, souriait, un bras passé au cou de son frère.
ZOLA, L'Assommoir, 1877, p. 376.
Locutions
Faire la couverture. Préparer le lit en rabattant la couverture de manière à pouvoir se glisser aisément entre les draps. Le domestique éteignait les bougies des tables de jeu, et la servante « faisait la couverture », tandis que madame roulait au compas les cheveux de son mari (JOUY, Hermite, t. 5, 1814, p. 49).
Tirer, amener la couverture à soi (au fig.). S'attribuer tout le profit ou la majorité des avantages d'une opération. J'ai tiré à moi toute la couverture. J'ai senti en égoïste, comme ceux qui ne partagent pas (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 198).
B.— BÂT. Matériau de nature variable dont on recouvre les combles des bâtiments pour les protéger contre les intempéries. Couverture de paille, de tuiles creuses, de plomb; couverture des églises romanes. Couvertures extradossées (LENOIR, Archit. monast., 1852, p. 28). J'ai eu un malheur à ma charretterie, dont la couverture, une nuit qu'il ventait fort, s'est envolée dans les arbres (FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 8) :
3. En Champagne, le temps n'est pas loin où les masures en pisé, assujetties tant bien que mal par des solives de bois, disparaissant presque sous la couverture de chaume, régnaient là où luisent aujourd'hui les maisons de briques aux toits de tuiles.
VIDAL DE LA BLANCHE, Principes de géogr. hum., 1921, p. 162.
P. métaph. [En parlant du ciel, du brouillard, des nuages] Ce qui recouvre le paysage, la campagne. Un vent léger tomba du ciel noir qu'il agitait comme à plis funèbres (...) et planant sur tout ce paysage de cauchemar, une lourde couverture de nuages gris (GRACQ, Argol, 1938, p. 146).
C.— IMPR. Habit d'un livre qui comporte les plats et un dos. Couverture d'une brochure, d'un livre. J'ai terminé mes courses du jour par mon imprimeur, toujours occupé du titre et de la couverture (HUGO, Corresp., 1825, p. 411). Couverture de cuir à chimères du Japon frappée de blasons non moins fabuleux (MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p. 766) :
4. Cette petite revue, à couverture sang-de-bœuf [les Entretiens politiques et littéraires], était, ma foi, fort bien rédigée, et je me trouvai extrêmement flatté d'y voir paraître mon Traité du Narcisse.
GIDE, Si le grain ne meurt, 1924, p. 543.
P. ext., usuel. Feuille de papier ou de plastique, cartonnage plus ou moins épais, qui recouvre les pages d'un cahier ou qui protège la reliure d'un livre. Couverture d'un cahier d'écolier; mettre une couverture à son livre. Je faisais des paysages comme celui-là quand j'avais douze ans, sur la couverture de mes livres de classe (MUSSET, Fantasio, 1834, I, 2, p. 187).
D.— Autres domaines
1. AGRIC., HORTIC.
a) Tout ce qui sert à préserver les plantes de l'action du froid (paille, paillassons, fumier, feuilles, etc.). Cette couverture pourra se composer de litière, de tonture de haies ou de gazons (DU BREUIL, Cult. arbres, 1876, p. 660).
b) Engrais soluble et rapidement assimilable répandu à la surface du sol. Consommation [de nitrate] comme engrais de couverture (CHALON, Explosifs mod., 1911, p. 15).
2. ANAT. Tissu musculaire jouant un rôle de protection. Elle [l'articulation du genou] est complétée, protégée et renforcée de tous côtés par une double couverture musculo-aponévrotique (GÉRARD, Anat. hum., 1912, p. 196).
3. ORNITH. Couvertures, subst. fém. plur. Plumes qui recouvrent la base des grandes pennes de l'aile ou de la queue chez les oiseaux (cf. CUVIER, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 605).
II.— P. anal. ou au fig.
A.— ART MILIT. Protection (avec éventuellement dissimulation) des communications, d'une zone frontière, des troupes et des fortifications qui doivent subir le premier choc de l'ennemi; p. méton., dispositif spécialement étudié pour assurer cette protection. Dispositif de couverture, secteur de couverture; couverture aérienne, atomique; sous la couverture de l'artillerie. Remplir le rôle de couverture contre la Russie (BAINVILLE, Hist. Fr., 1924, p. 122).
5. ... on défendait la Meuse et la Moselle, abandonnant Nancy à son sort; les effectifs en couverture étaient faibles, les secteurs attribués aux corps d'armée frontière étaient fort larges.
JOFFRE, Mémoires, t. 1, 1931, p. 102.
B.— BANQUE, FIN.
1. Somme d'argent destinée à compenser un déficit en servant de protection contre ses conséquences fâcheuses. Couverture du déficit de la S.N.C.F., couverture des dépenses publiques. Assurer la couverture des coûts sociaux calculés d'après les progrès de la science et de la technique (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 529).
2. Avance, en espèces ou en nature, donnée en vue de garantir une opération. Couverture des frais de transport, de séjour. Mon titre de député me valut le plus gracieux accueil; il n'exigea que dix mille francs de couverture, et il fut convenu que nous commencerions les opérations le jour même (REYBAUD, J. Paturot, p. 402).
C.— P. ext. et au fig.
1. Garantie, caution.
a) [S'appliquant à une chose] Le travail, dit l'orateur, est la couverture de notre monnaie (Œuvre, 30 mars 1941).
b) [S'appliquant à une pers.] Sous la couverture de, servir de couverture à :
6. Ne nous écris jamais que par la correspondance du gouvernement, en adressant sous la couverture de M. Coster, Chef de Division au Ministère de la Marine — nous serons sûrs ainsi de recevoir tes lettres.
BALZAC, Correspondance, 1841, p. 287.
2. Souvent péj. Apparence, semblant, dissimulation par opposition aux réalités qu'ils dérobent à la vue. Servir de couverture à des desseins. Les homosexuels étaient de bons pères de famille et n'avaient guère de maîtresses que par couverture (PROUST, Prisonn., 1922, p. 306). L'hypocrite couverture du décorum de la décence bourgeoise (GIDE, Journal, 1933, p. 1177) :
7. Souvent, des usines, des chantiers, des bureaux, leur assurent une « couverture » en attendant le coup de main après lequel ils disparaissent. Ces partisans dispersés mènent des actions à très petite échelle.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1956, p. 252.
Rem. La docum. fournit le subst. masc. couverturier. Marchand ou artisan qui vend des couvertures. Marchand couverturier (Ac. 1835).
Prononc. :[]. Étymol. et Hist. A. 1. Mil. XIIe s. « ce qui sert à couvrir, à protéger » (Psautier Cambridge, éd. F. Michel, LX, 4 [protectione alarum tuarum]); 2. ca 1160-70 « toit d'une maison » (WACE, Rou, éd. A.-J. Holden, 6585); 3. ca 1180 « pièce de tissu qu'on étend sur un lit » (A. DE PARIS, Alexandre, éd. in El. Monographs, branche 1, 252); 4. 1386 « id., dont on couvre un livre » (7° cpte roy. de Guill. Brunel, f° 18 ds GAY). B. 1. Ca 1160-70 « feinte, dissimulation » (WACE, op. cit., 11261); 2. 1835 « garantie donnée pour assurer un paiement » (Ac.). Dér. de couvrir; suff. -ure. Cf. b. lat. coopertura « ce qui recouvre, voile » au fig. Fréq. abs. littér. :2 107. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 101, b) 3 397; XXe s. : a) 3 329, b) 4 199. Bbg. Archit. 1972, p. 112. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 232. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 145. — LEW. 1960, p. 90. — QUEM. 2e s. t. 2 1971 (s.v. couverturier). — QUEM. Fichier (et s.v. couverturier). — STRAKA (G.). En relisant Menaud, maître-draveur. In : [Mél. Imbs (P.)]. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1973, t. 11, n° 1, p. 291.

couverture [kuvɛʀtyʀ] n. f.
ÉTYM. 1155; du bas lat. coopertura, de cooperire. → Couvrir.
———
I (Concret).
1 a Ce qui forme la surface extérieure du toit d'un bâtiment. || La couverture d'une maison. || Couverture de chaume. || Couverture en tuiles, en ardoises, en zinc. || Refaire la couverture d'une maison. || Couvreur qui répare, pose la couverture.
0.1 Selon la surface entière d'un petit toit de zinc que le regard surplombe elle ruisselle en nappe très mince, moirée à cause de courants très variés par les imperceptibles ondulations et bosses de la couverture.
Francis Ponge, le Parti pris des choses, p. 31.
b Agric. Ce qui sert à protéger une culture des intempéries (paille, feuilles, fumier, etc.).
c Techn. Revêtement de tôle qui cache une serrure.
2 (XIIe). Pièce de toile, de drap, qu'on dresse ou qu'on étend pour recouvrir. || La couverture d'un parapluie. || Couverture imperméabilisée sur des marchandises. Bâche. || Couverture mobile de voiture. Capote. || Couverture de cheval, dont on couvre un cheval après une course. Couverte (vx); caparaçon. || Couverture de voyage, dont on s'enveloppe en voyage pour se garantir du froid. Plaid.
Spécialt (plus cour.). || Couverture de lit, et absolt, couverture : pièce (souvent de laine) qu'on place sur les draps, qu'on borde sous le matelas, et qui recouvre le lit, pour tenir chaud. 2. Berlue (argot), courtepointe, couverte, couvrante (argot), couvre-lit, couvre-pied. || Une couverture de laine, de coton. || Couverture doublée d'ouate ( Matelassure). || Couverture piquée. || Couverture chauffante : couverture de lit munie d'un dispositif électrique chauffant. — ☑ Loc. Faire sauter qqn dans une couverture. Berne (→ Berner, cit. 1), brimade, couverte.Prendre toute la couverture, être un mauvais coucheur.Faire la couverture : relever un coin des draps et de la couverture pour entrer plus facilement dans le lit.
1 (…) il y a des familles dont les membres sont réduits à s'entortiller ensemble pendant la nuit faute de couverture pour se réchauffer.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 318.
2 Il essaya de rafistoler son lit, de reborder les couvertures saccagées, de regonfler les oreillers aplatis et il se coucha.
Huysmans, Là-bas, XIII, p. 190.
2.1 Elle se laissa hisser jusqu'à sa chambre et enfouir sous la couverture chauffante.
Hervé Bazin, Qui j'ose aimer, V, p. 44.
Fig. Amener, tirer la couverture à soi : s'approprier la meilleure ou la plus grosse part de quelque chose.
2.2 Le général, élu chef du gouvernement à l'unanimité des votants, formait son ministère, dans lequel je devenais ministre de l'Information. Tâche instructive : il s'agissait surtout d'empêcher chaque parti de tirer la couverture à lui. Thorez observait la règle du jeu : mettre le parti communiste au service de la reconstruction de la France. Mais en même temps, le Parti noyautait, noyautait (…)
Malraux, Antimémoires, Folio, p. 138.
3 Ce qui couvre, recouvre un livre, un cahier. || Couverture de cuir, de basane, de chagrin, de maroquin. Reliure. || Couverture cartonnée, toilée. Cartonnage. || Couverture brochée. Brochage. || Titres dorés d'une couverture.Enveloppe dont on recouvre un livre pour le protéger. Couvre-livre, jaquette, liseuse. || Couverture en étoffe, en papier, en matière plastique. || Couverture d'un cahier. Protège-cahier.
———
II (Abstrait; dans quelques emplois).
1 Action, fait de couvrir, de recouvrir (pour protéger).Engrais de couverture.
Géol. || Pli de couverture, qui n'affecte que la couche sédimentaire.
2 Action de couvrir, de protéger; ce qui sert à protéger.Milit. || La couverture d'une zone. || Troupes de couverture : troupes placées à la frontière d'un pays pour le défendre (→ Avant-poste, cit. 2). || Une couverture. || Couverture atomique. Parapluie.
3 (…) les troupes de couverture sont tenues prêtes : en quelques heures, sous le premier prétexte, elles occuperont Belgrade !
Martin du Gard, les Thibault, t. V, p. 133.
Par ext. Zone de protection. Tampon.
4 (…) toute une couverture s'était ainsi créée, de républiques forgées par la France et par elle étroitement inféodées, tandis que le rêve allait jusqu'à envisager, sinon la possession, du moins l'inféodation de la rive droite du Rhin (…)
Louis Madelin, De Brumaire à Marengo, V, p. 64.
Action de couvrir une zone (pour un dispositif). || La couverture d'un radar. Fam. || La couverture radar. || « Une bonne “couverture-météo” » (B. Moitessier, Cap Horn à la voile, p. 69).
Zone couverte (par un dispositif, etc.).
3 Ce qui couvre, recouvre matériellement (une surface). || La couverture végétale d'un sol. → ci-dessus, I., 1., b.
Anat. || Couverture musculaire, graisseuse.
Zool. || Les couvertures : plumes recouvrant la base des grandes pennes.
4 a Vx ou littér. Action de cacher; ce qui sert à cacher, à dissimuler, à donner le change. Couvert, déguisement, paravent, prétexte.Loc. Sous couverture d'amitié, de dévouement, de dévotion.
5 Il fallait trouver quelque couverture à un défaut si visible.
Bossuet, Hist. des Variations, XV, in Littré.
6 J'avais déjà remarqué chez différentes personnes que l'affectation des sentiments louables n'est pas la seule couverture des mauvais, mais qu'une plus nouvelle est l'exhibition de ces mauvais, de sorte qu'on n'ait pas l'air au moins de s'en cacher.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. XIV, p. 58.
b Mod. || Une couverture : affaire servant de prétexte et dissimulant une activité secrète. || Son bar est une couverture.
6.1 Quant au maître de céans, s'il en a un pour ses affaires avouables — couverture indispensable —, il se trouve néanmoins obligé de conserver en permanence un capital liquide pour son trafic de base.
Roger Naïm, l'Ère des truands, p. 233.
5 (1826). Fin. Garantie donnée pour assurer le paiement d'une dette. Garantie, provision. || Ce négociant doit beaucoup, mais il a de bonnes couvertures. || Une commande sans couverture. Avance.
7 (…) et que, dans le cadre de cette opération, nous trouvions moyen de vous assurer une large couverture du risque que vous prendriez d'autre part.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, VI, p. 56.
6 Couverture sociale : protection dont bénéficie un assuré social.
Admin. (France). || Couverture maladie universelle (CMU) : protection sociale permettant l'accès gratuit aux soins pour les personnes les plus défavorisées.
7 Le fait de couvrir (I., 8.) un événement, pour un journaliste. || La couverture d'un fait divers sensationnel. || La couverture d'une région par un correspondant. || La couverture de l'actualité.
8 L'universalité de la couverture des événements, la notion même d'actualité internationale (…)
Philippe Gaillard, Technique du journalisme, p. 37.
DÉR. Couverturier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • couverture — COUVERTURE, s. fém. se dit De certaines choses qui servent à en couvrir d autres. Couverture d une maison. La couverture étoit de chaume, de tuile, d ardoise, de plomb, etc. Abattre la couverture. Travailler à la couverture. Relever la couverture …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • couverture — Couverture. s. f. Ce qui sert à couvrir quelque chose. Couverture d une maison. la couverture estoit de chaume, de tuile, d ardoise, de plomb &c. abbattre la couverture. travailler à la couverture. relever la couverture. couverture de lit.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • couverture — Couverture, Amictus, Obstragulum, Operimentum, Tectum, Tegulum, Tegumen, Tegumentum, Opertorium. Une envelope et couverture, Inuolucrum, Segestre. Couverture de lict, Lodix, Fascia lecti, Stragula. Couverture de tayes et coquilles, comme a une… …   Thresor de la langue françoyse

  • Couverture — may refer to: Couverture chocolate Coverture, legal doctrine (also spelled couverture ) This disambiguation page lists articles associated with the same title. If an internal link led you here, you may wish to change the link to point directly to …   Wikipedia

  • Couverture — (franz., spr. kuwärtǟr ), Decke, besonders Bettdecke; Umschlag; Deckungssumme (s. Deckung) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • COUVERTURE — s. f. Ce qui sert à couvrir quelque chose. Il se dit ordinairement de La toile, du drap, d une étoffe quelconque, avec lesquels on couvre, on enveloppe certaines choses. Couverture de fourgon. Couverture de charrette, de chariot, etc. Couverture… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Couverture — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Couverture », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) D une manière générale, une couverture est… …   Wikipédia en Français

  • couverture — (kou vèr tu r ) s. f. 1°   Toile, drap, étoffe quelconque qu on étend ou qu on dresse sur une chose pour la couvrir. Couverture de canapé. •   Les capuchons sont les plus anciennes couvertures de tête que les ecclésiastiques aient portées à l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • COUVERTURE — n. f. Ce qui sert à couvrir quelque chose. La couverture d’une maison, La charpente et les tuiles ou ardoises qui la couvrent. Par extension, Couverture de cheval, de mulet, Qui sert à couvrir un cheval ou un mulet après une course. Couverture de …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • couverture — nf. (de lit, de cheval...) ; plaid (couverture de voyage à carreaux) : keuvêrta (Arvillard), kreuvéta (Cordon.083, Giettaz, Megève, Notre Dame Be., Saxel.002), krèvéta (Villards Thônes), krèvèta (Annecy.003, Combe Si.), krovéta (Albanais.001b.PPA …   Dictionnaire Français-Savoyard